Faux départ !

*** Cette article a vocation de thérapie après 24 heures particulièrement compliquées ***

Depuis quelques semaines on ne savait pas quand démarrerai notre TDM… : le 11 août, date à laquelle nous quittons la maison, ou le 12, date de notre 1er vol ? On n’a jamais réussi à trancher et aujourd’hui c’est encore moins clair!! 😉 Je vous explique ….

11 août 2018
Après une dernière journée de rangement / ménage nous pouvons enfin fermer la porte ! Tout est prêt : maison propre, derniers cartons empilés, et bagages définitivement bouclés (le choix des sacs a été cornélien, à ce jour nous ignorons encore si nous avons opté pour la bonne formule !). Remise des clés à un voisin qui se chargera d’ouvrir pour l’état des lieux et les remettre ensuite aux locataires qui arrivent dans 10 jours, puis appel à un ami pour nous déposer à la gare RER : c’est bête, mais ces 15 mn de marche en moins seront précieuses ! Merci JB de nous pour ce gain de temps !!
On vous passe le trajet en RER, le trajet pour arriver à l’hôtel et la nuit exécrable passée au formule 1 … Ah, on a voulu se la jouer low cost, on a été servis !!!

12 août 2018
Pas de navette assez tôt pour nous emmener à l’aéroport et les taxis affichent des prix prohibitifs… Là encore nous comptons sur un collègue de Cyrille pour nous emmener au Terminal pour l’enregistrement : lever 4h15 pour être à 5h pile, prêt à enregistrer ! Et là, tout s’enchaîne….

1. C’est bien indiqué de se présenter 3 heures avant le vol, il faut croire que nous sommes les seuls à savoir lire puisque l’enregistrement n’ouvre qu’à 5h35… mais nous sommes rassurés, le vol est annoncé « en hora », ça sent bon le décollage !!

2. une fois les contrôles de sécurité passés, ça s’agite un peu au niveau de l’embarquement, et puis l’annonce tombe : Décollage prévisionnel à 11h (au lieu de 8h05…) : bye bye notre correspondance à Madrid pour rejoindre Quito et c’est tous nos premiers jours que nous avons bien calés qui seront chamboulés ! On se prépare psychologiquement à devoir dormir à Madrid, on essaye d’annuler nos premières nuits prises à Otavalo et surtout de savoir sous quel délai nous pourrons être à Quito : la semaine prochaine une excursion en Amazonie est prévue…

3. Le décollage décalé initialement à 11h pour « problèmes techniques » est finalement reporté à 13h puis à 14h ; le personnel prévoit finalement une annonce à 15h00. L’ambiance devient électrique, le ton monte et les forces de l’ordre sont appelées pour « protéger » le personnel de l’aéroport. Ce sont de simples intermédiaires car Iberia n’a aucun personnel présent au sein de Roissy, la majorité de leurs vols décollant d’Orly.

4. Et c’est à 15h10 que notre 1er vol, tant attendu est finalement annulé. L’annonce du type au micro : « votre vol Iberia xxx est annulé. On vous emmène récupérer vos bagages. Consultez vos mails pour un plan B. Désolé pour le retard ». On se fout de nous là ??? ça ne fait que 10 heures que nous poirotons dans l’aéroport… alors que ce vol est annoncé « annulé » aux Etats-Unis et en Espagne depuis ce matin…

 

Et maintenant ?
Pendant les 3 heures ce fut le flou artistique total : après 1h d’attente pour trouver une solution, on nous renvoie à un autre guichet où on ne peut rien faire pour nous. On est perplexes, démunis, sonnés ! Une dame du service client essaye de nous filer un coup de main mais les interlocuteurs Iberia disent ne pas avoir la main sur notre billet, celui-ci ayant été acheté par Agence. Je tente de joindre le numéro d’urgence de Zipworld….qui est fermé le dimanche (en fait les urgences c’est entre 9h et 18h en semaine et le samedi !!!) : tout s’enchaîne bien non ??? 😉

J’harcèle de mails ZIP. Finalement la 1ère réponse ne fait pas plaisir : ils ne sont pas responsables de l’annulation d’un vol de la compagnie ! Bref, chacun se renvoie la balle et notre cas n’avance pas, aucune solution de reclassement ne nous est proposée et personne ne peut rien faire !!
Aurélie craque, les enfants sont KO (je rappelle le réveille à 4h15 du matin ??) et finalement Zipworld, qui s’est réveillée, nous trouve et nous protège 5 places pour partir mardi matin aux mêmes horaires …. en attendant l’accord d’Iberia ! On s’en contentera, même si ces 2 jours de perdus en Equateur ne pourront jamais être récupérés !

Parmi nos compagnons d’infortune plusieurs n’ont toujours pas trouvé de solution à l’heure actuelle. Car Iberia brille par sa profonde incompétence dans la gestion de cet incident : absence de communication, aucune prise de responsabilité et surtout une prise en charge de ses « clients galériens » lamentable : ne souhaitant pas que ça leur coûte trop cher, la compagnie ne propose que des reclassements sur leurs vols et refuse les embarquements sur les autres compagnies (alors qu’il y avait de la place sur American Airlines ce matin…). Toutefois frais d’hôtels et repas sont évidemment à leur charge, nous sommes donc paisiblement à l’hôtel Ibis pour nous remettre de cette journée mémorable !

Ce matin (13 août 2018)
On galère à s’enregistrer en ligne donc on speed à l’aéroport… et là le monsieur qui a essayé de faire de son mieux la veille nous sort : « pour le Paris/Madrid il n’y aura pas de problème, en revanche sur le Madrid/Quito je veux pas vous inquiéter mais c’est peu probable que vous puissiez embarquer »… Le vol, prévu pour 270 passagers est déjà surbooké à 300 !!! Humour ? Blague ? Concours de looser ?

Face à nos mines déconfites il tente de nous aider à nous enregistrer. Et là, en 15 minutes ils arrivent à nous enregistrer sur les DEUX VOLS et à nous mettre tous à côté. Alors, ils ne liront probablement jamais cet article, mais nous les remercions énormément pour leur aide car sans eux, peut être qu’on aurait fait notre première semaine à Roissy ou Madrid, mais probablement pas à Quito (enfin ceci dit on n’y est pas encore mais on croise les doigts pour la suite …) !!

Cet après-midi le programme sera jeux, lecture et repos : oui, on vous épargnera le reportage photos de Roissy et sa région sous la pluie ! 😉

Épilogue (ou pas !)
Alors oui, « faut positiver », « c’est la vie en voyage », « perdre 2 jours sur un an ce n’est pas grand-chose »… Mais qu’est-ce que c’est pénible, surtout quand ce sont les 2 premiers jours !! Malheureusement ces 2 jours de perdus ne pourront pas être recasés et c’est l’étape d’Otavalo qui se retrouve annulée. Si nous décollons bien demain matin nous nous poserons 2 jours à Quito avant de partir en pleine forme pour notre excursion en Amazonie, étape incontournable de notre début de voyage.

Et puisqu’il faut positiver, ai-je besoin de vous préciser que nous sommes certains d’avoir nos 6 heures de retard à l’arrivée à Quito ??? 😉 Ce délai de retard permet, d’après le règlement européen, de bénéficier d’un dédommagement de 600€ par billet… en espérant avoir toutes les billes pour constituer le dossier de réclamation car nous n’avons encore eu aucune info à ce sujet. Par les temps qui courent, on ne va pas s’en priver, et c’est bien le seul point positif que nous avons trouvé à ces 2 jours !!!

On nous avait prévenu que dans un TDM il pouvait y avoir quelques aléas mais on ne pensait pas y avoir droit si tôt ! Espérons que les suivants seront moins désagréables !!

Enfin merci à tous ceux qui nous ont envoyé des petits messages de réconfort pendant notre galère, ça fait toujours très plaisir et ça remonte (un peu) le moral !

Allez, cette fois-ci, c’est sûr (enfin on l’espère), notre prochain article sera envoyé depuis Quito !!!

Vivement la suite !

Cyrille

 

 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

10 commentaires sur “Faux départ !”